CARÊME


CARÊME
CARÊME

CARÊME

Temps qui, dans toutes les Églises chrétiennes, est réservé à la préparation de Pâques, et s’étend du mercredi des Cendres à la messe du soir du jeudi saint. Le carême (en latin populaire, quaresima ; en latin classique, quadragesima [dies ], «le quarantième» [jour avant Pâques]) dure en principe quarante jours (comptés à l’époque où les dimanches en étaient exclus et où il se prolongeait jusqu’au samedi saint); il répond au symbolisme biblique des préparations aux Alliances entre Dieu et son peuple: pendant ce même nombre de jours se sont répandues les eaux du Déluge, ont jeûné Moïse et Élie avant que Dieu se révèle à eux, et Jésus lui-même dans le désert; pendant un nombre semblable d’années, le peuple d’Israël a erré avant son entrée dans la Terre promise.

Institué pour préparer les catéchumènes à leur baptême, qui était célébré dans la nuit pascale, le carême est un temps d’entraînement spirituel pour ceux-ci ainsi que pour toute la communauté qui les accompagne dans leur cheminement; tous les fidèles sont amenés chaque année à se renouveler dans la grâce de leur baptême. C’est le temps de la conversion du cœur et de la lutte contre le péché, qui se manifeste traditionnellement par le jeûne, lequel consiste, selon saint Léon, à «mettre de côté un peu de notre nourriture, afin que nos aumônes s’accroissent de ce dont nos tables sont privées; le jeûne assure la guérison de l’âme, quand notre abstinence restaure la faim du pauvre». Ce jeûne, qui n’est plus aujourd’hui rigoureusement codifié ni explicitement prescrit (sauf pour le mercredi des Cendres), demeure un idéal dont plusieurs redécouvrent la signification.

La pénitence s’accompagne de prières et de la méditation de la Bible, notamment par les lectures de l’Évangile que la liturgie propose traditionnellement aux messes des six dimanches successifs du carême: la tentation de Jésus au désert; la Transfiguration du Seigneur (annonce de la Résurrection, en présence de Moïse et d’Élie); l’entretien avec la Samaritaine; la guérison de l’aveugle-né; la résurrection de Lazare (cette évocation constitue, avec les deux précédentes, les catéchèses traditionnelles du baptême présenté comme le don d’une vie nouvelle par l’eau vive qui procure un regard nouveau); la Passion du Seigneur, proclamée solennellement après la procession des Rameaux, sorte de jeu sacré évoquant l’entrée du Christ à Jérusalem, quelques jours avant sa mort. La messe du soir du jeudi saint introduit au Triduum pascal, où culmine la «montée à Jérusalem» de toute l’Église avec son Seigneur.

La plupart des communautés d’Orient observent encore, pendant le carême, un jeûne rigoureux et ne célèbrent l’eucharistie que le dimanche et le samedi.

carême [ karɛm ] n. m.
• av. 1622; quaresme, 1119; lat. pop. °quaresima, class. quadragesima (dies) « le quarantième (jour avant Pâques) »
1Période de quarante-six jours d'abstinence et de privation entre le mardi gras et le jour de Pâques, pendant laquelle, à l'exception des dimanches, l'Église catholique prescrivait, puis recommandait le jeûne, la prière ( mi-carême) . Temps de carême. La quadragésime, les Rameaux, dimanches de carême. Sermon de carême ( station) . Loc. prov. Arriver comme mars (ou comme marée) en carême, inévitablement, à propos.
2Jeûne, abstinence que l'on fait pendant le carême. jeûne. Faire carême. Rompre le carême. Loc. Face de carême, maigre et pâle; maussade, sinistre.
3Littér. Série de sermons de carême. Le Petit Carême de Massillon.
4(En fr. d'Afrique) Jeûne du ramadan. Faire le carême.

carême nom masculin (latin populaire quaresima, du latin classique quadragesima dies, le quarantième jour avant Pâques) Temps de pénitence pour les catholiques, qui dure depuis le mercredi des Cendres jusqu'au jour de Pâques. Jeûne pratiqué pendant cette période. Aux Antilles, nom donné à la saison sèche. En Afrique, jeûne du ramadan. Suite de sermons extraordinaires prononcés en carême. (Au XVII et au XVIIIe s., le grand carême comprenait les prédications du dimanche et des jours de semaine ; le petit carême ne renfermait que les instructions du dimanche.) ● carême (difficultés) nom masculin (latin populaire quaresima, du latin classique quadragesima dies, le quarantième jour avant Pâques) Orthographe Avec une minuscule et un accent circonflexe sur le e : observer le carême. ● carême (expressions) nom masculin (latin populaire quaresima, du latin classique quadragesima dies, le quarantième jour avant Pâques) Familier. Arriver, tomber comme mars en carême, arriver nécessairement. Face, figure de carême, figure blême, triste.

carême ou Carême
n. m.
d1./d RELIG CATHOL Période de quarante jours, du mercredi des Cendres à Pâques, consacrée par les catholiques à la préparation spirituelle de la fête de Pâques, notam. par l'abstinence et le jeûne.
d2./d Abstinence, privation de certains plaisirs pendant les jours de carême. Faire carême.
|| Loc. Fam. Face de carême: mine triste et austère.
d3./d (Réunion) Période de jeûne, quelle que soit la religion pratiquée.
|| RELIG (Afr. subsah., Maghreb) Jeûne du mois de ramadan.
d4./d Aux Antilles françaises, saison chaude et sèche qui s'étend de janvier à mai.
————————
Carême
(Maurice) (1899 - 1978) écrivain belge d'expression française. Il a surtout écrit pour les enfants: Mère (1935), la Lanterne magique (1947), la Grange bleue (1961).

⇒CARÊME, subst. masc.
A.— Période de quarante-six jours située entre le mardi gras et le jour de Pâques, pendant laquelle les catholiques sont invités par leur Église à faire certains jours jeûne et abstinence et à se livrer à la prière et aux pratiques pénitentielles. Prêcher le carême; dimanches de carême, sermon de carême :
1. ... elles ont voulu savoir s'il était permis au curé de leur permettre le poisson à la collation du carême; on leur a répondu que saint Liguori autorisait les petits poissons frits.
TAINE, Notes sur Paris, Vie et opinions de M. F.-T. Graindorge, 1867, p. 121.
SYNT. a) Vieillis. Bas carême. Carême commençant dans les premiers jours de février. Haut carême. Carême commençant au mois de mars (cf. Ac. 1835, 1878). b) Conférences de carême; instructions, mandement de carême; prédicateur de carême; le saint temps de carême. c) Vieilli. Provisions de carême. Les aliments tels que beurre, huile, légumes, fruits secs, poisson salé, dont les catholiques usent en carême (cf. LITTRÉ).
P. compar. Long, maigre comme (le, un) carême. Très long, très maigre (cf. F. FABRE, Le Chevrier, 1867, p. 236).
Loc. fig. et fam.
Face, figure de carême. Visage maigre et pâle, analogue à celui d'une personne qui a jeûné tout un carême.
Amoureux de carême. Amoureux timide qui s'abstient de toucher à l'objet de sa passion, comme un dévot aux aliments gras durant le carême.
Saint de carême. ,,Personne amaigrie par un long jeûne`` (Lar. 19e-20e); personne qui se cache, hypocrite (cf. LITTRÉ).
Tous les trente-six carêmes. Très rarement.
Faire de la/sa vie un carême. S'imposer un genre de vie trop austère.
Loc. proverbiales
Vx. Mettre le carême bien haut. ,,Exiger des choses trop difficiles; promettre une chose qui n'arrivera pas de longtemps`` (Ac. 1835, 1878). Avoir prêché sept ans pour un carême en quelque endroit. ,,Y avoir été longtemps, et connaître bien ce lieu-là`` (Ac. 1835, 1878). Prêcher sept ans pour un carême. ,,Donner souvent et inutilement le même avis, répéter toujours la même chose`` (Ac. 1835, 1878). Pour trouver le carême court, il faut faire une dette payable à Pâques. ,,Le moment de payer une dette, de remplir un devoir onéreux, arrive plus vite qu'on ne voudrait`` (LITTRÉ).
Mod. Arriver, tomber comme mars en carême. Arriver inévitablement. ,,On dit également, Il n'y manque non plus que mars en carême, en parlant d'un homme qui se trouve toujours en quelque endroit, à une certaine heure`` (Ac. 1835, 1878). Arriver, tomber, venir comme marée en carême. Arriver à propos.
P. ext. Période de jeûne pour certains ordres monastiques d'Occident ou pour les chrétiens orientaux. (Chez les Grecs) le carême des Apôtres, le carême de l'Assomption, le carême de la Noël, le carême de la Transfiguration :
2. Vous en connaissez les règles [de l'ordre des oblates de sainte Françoise Romaine]; (...). Quatre Carêmes par an; hors ce temps, trois jours de la semaine mais seulement au dîner, permission d'user d'aliments gras. Jeûne les vendredis et samedis; ...
HUYSMANS, L'Oblat, t. 1, 1903, p. 208.
P. anal. Période d'abstinence, de maigre chère, de privations. Grâce à l'impôt, toute l'année est carême pour le travailleur (PROUDHON, Système des contradictions écon., 1846, p. 283).
B.— P. méton.
1. Privation de nourriture, de plaisirs qu'on s'impose durant cette période. Faire (le) carême; l'observance du carême. Rompre (le) carême. Cesser d'observer le jeûne et l'abstinence obligatoires du carême :
3. Or, se contenter d'une brême [à son menu],
C'est exagérer le carême.
PONCHON, La Muse au cabaret, Propos de carême, 1920, p. 170.
P. anal. Plus de carême d'opium, plus de rhamadan, plus d'abstinence! L'opium fait partie de la vie! (BAUDELAIRE, Paradis artificiels, 1860, p. 419).
Spéc., HIST. Carême civique. Période de privations volontaires que s'imposa en 1793-1794 pour des motifs économiques la population de Paris. La Commune (...) approuva le projet (...) d'un carême civique qui durerait six semaines, du 15 juin au 1er août, qualifié de Pâque républicaine (Nouv. Lar. ill.-Lar. encyclop.).
2. Série de sermons prononcés durant le carême par un prédicateur. Carême imprimé :
4. Ses carêmes [de l'abbé Lantaigne], prêchés à Saint-Exupère, ont été justement appréciés pour l'ordonnance des idées et la force de l'expression, ...
A. FRANCE, L'Orme du mail, 1897, p. 83.
Spéc., HIST. LITTÉR. Collection de sermons prononcés par un prédicateur célèbre du XVIIe ou du XVIIIe siècle. Le grand carême contient les prédications du dimanche et des jours de la semaine; le petit carême ne comprend que les instructions du dimanche. Le Petit Carême de Bossuet, de Massillon.
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694 et 1718 sous l'anc. forme caresme. Ac. 1694 renvoie à quaresme. Ds Ac. 1740-1932 sous la forme mod. PASSY 1914 transcrit [] ouvert long; cf. aussi FÉR. 1768, FÉR. Crit. t. 1 1787, LAND. 1834, FÉL. 1851 et LITTRÉ. Étymol. et Hist. 1119 quaresme « période de jeûne et d'abstinence » (PH. DE THAON, Comput, 3302 ds T.-L.); genre indécis jusqu'au XVIe s. (GDF. Compl. et HUG.) noté comme subst. masc. dep. COTGR. 1611; 1532 amoureux de karesme (RABELAIS, Pantagruel, ch. 21, éd. Marty-Laveaux, t. 1, p. 321); XVIe s. saint de caresme (Var. hist. et litt. IV, 26 ds HUG.); av. 1622 « prédications de carême » (ST FRANÇOIS DE SALES, Lettres, 391, ibid.). Du lat. vulg. quaresima, altération du lat. chrét. quadragesima [sous-entendu : dies] littéralement « le quarantième jour [avant Pâques] » (St Jérôme ds BLAISE) (cf. quadraginta devenu en lat. vulg. quaranta). Fréq. abs. littér. :279. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 289, b) 666; XXe s. : a) 480, b) 293. Bbg. QUEM. 2e s. t. 4 1972, p. 46.

carême [kaʀɛm] n. m.
ÉTYM. Av. 1622; quaresme, 1119; du lat. pop. quaresima, du lat. class. quadragesima (dies) « le quarantième (jour avant Pâques) ».
1 Période de quarante-six jours d'abstinence et de privation entre le Mardi gras et le jour de Pâques, pendant laquelle, à l'exception des dimanches, l'Église catholique prescrivait et recommandait le jeûne, la prière. Mi-carême. || Temps de carême. Quarantaine (sainte quarantaine); quadragésime. || Commencement du carême. Carême-prenant, cendres (mercredi des cendres). || Dimanches de carême (quadragésime, reminiscere, oculi, laetare, rameaux).Prêcher le carême. || Sermon de carême. Station. || Prédicateur de carême.
1 (Un Rat) qui ne connaissait l'avent ni le carême (…)
La Fontaine, Fables, IV, 11.
Le ramadan musulman correspond au carême (→ ci-dessous, 4.).
Loc. prov. Arriver comme mars en carême : arriver sans faute, inévitablement, comme le mois de mars en carême.REM. Cette loc. est souvent confondue avec la suivante, alors que son sens est tout différent. — ☑ Cela arrive comme marée en carême : cela arrive à propos, comme la marée qui est la bienvenue en carême.
2 Jeûne, abstinence qu'on fait pendant le carême. Jeûne. || Faire carême. || Faire, observer le carême. || Rompre le carême.
2 Il va rompre le carême pour un rhume.
Mme de Sévigné, 791, 20 mars 1680.
3 Faire rompre carême.
Racine, Lettres.
Fam. et vx. Faire carême : se passer de nourriture, et, par ext., de qqch. — ☑ Face de carême, pâlie, amaigrie (comme par les austérités du carême); ou encore, maussade, sinistre.
4 Voyez cet autre avec sa face de carême.
Racine, les Plaideurs, III, 3.
3 Littér. Série de sermons prêchés par un même prédicateur pendant un carême. || Le Carême de Bourdaloue. || Le Petit Carême de Massillon.
4 (En franç. d'Afrique). Jeûne du ramadan. || Faire, casser le carême (I. F. A.).
5 (En franç. des Antilles). Saison sèche (opposé à hivernage).
5 Carême. Saison sèche (de février à août). De plus en plus humide, car le temps ici se transforme. Croyance populaire : les Américains nettoient leurs couloirs aériens autour du cap Canaveral et rejettent les débris d'orages, de pluie et de cyclones sur nous. D'où les variations du temps.
Édouard Glissant, le Discours antillais, p. 496.
CONTR. Gras (faire gras). — Bombance, carnaval.
COMP. Carême-prenant, décarêmer, mi-carême.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Careme — Carême Pour les articles homonymes, voir Carême (homonymie). Christianisme Religions abrahamiques (arbre) Judaïsme · Christianisme · Islam Courants …   Wikipédia en Français

  • Carème — Carême Pour les articles homonymes, voir Carême (homonymie). Christianisme Religions abrahamiques (arbre) Judaïsme · Christianisme · Islam Courants …   Wikipédia en Français

  • carême — CARÊME. s. masc. Temps d abstrnence, qui comprend quarante six jours entre le Mardi gras et le jour de Pâque, pendant lequel on jeûne tous les jours, hors les Dimanches; ce qui fait quarante jeûnes. Le saint temps de Carême. Durant le Carême. Le… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • CARÊME (M.) — CARÊME MAURICE (1899 1978) Maurice Carême est né dans le Brabant wallon, à Wavre. Il est donc ce qu’il est convenu d’appeler un poète belge d’expression française. Son père, peintre en bâtiment, ne rentrait à la maison que le samedi, rapportant à …   Encyclopédie Universelle

  • Carême — ist der Familienname folgender Personen: Baptiste Carême (* 1985), französischer Badmintonspieler Marie Antoine Carême (1784–1833), einer der bedeutendsten Köche seiner Zeit Maurice Carême (1899–1978), belgischer Schriftsteller …   Deutsch Wikipedia

  • CARÊME (M.-A.) — CARÊME MARIE ANTOINE (1783 1833) Pâtissier et architecte, Carême a participé à l’élaboration de la gastronomie comme art, associant l’érudition architecturale au sensualisme culinaire. Pâtissier et rôtisseur, il entre chez Talleyrand, alors… …   Encyclopédie Universelle

  • Carême [1] — Carême (franz.), Fastenzeit, besonders der Fastnachtsdienstag; auch Titel für eine Folge von Fastenpredigten, z. B. Le Petit C. und Le Grand C., berühmte Sammlungen von Fastenpredigten Massillons (s.d.), die für Ludwig XV. bestimmt waren …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Carême [2] — Carême, Marie Antoine, Kochkünstler und Schriftsteller, geb. 8. Juni 1784 in Paris, gest. daselbst 12. Jan. 1883; schrieb: »Le pâtissier pittoresque« (4. Aufl. 1842); »Le maître d hôtel français« (2. Aufl. 1842, 2 Bde.); »Le pâtissier royal… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Carême — (frz., spr. rähm), Fastenzeit; Sammlung von Fastenpredigten …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Carême [2] — Carême (spr. rähm), Marie Antoine, franz. Kochkünstler, geb. 8. Juni 1784 in Paris, gest. das. 12. Jan. 1833; schrieb »Histoire de la table romaine« u.a …   Kleines Konversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.